Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Enfin Libre

La base de la liberté : revenus et dépenses

15 Avril 2014 , Rédigé par Didier-Fabrice

Des notions fondamentales.
Lorsque l'on souhaite s'engager sur la belle et longue route de la liberté financière il est important de bien comprendre les notions de revenus et dépenses. Ne niez pas je vous vois déjà vous dire "mais il nous prend pour des abrutis ou quoi ?". En effet rares sont ceux qui ignorent ce que signifient ces notions, les revenus pour l'argent qui rentre, les dépenses pour l'argent qui sort. Le but du jeu pour atteindre la liberté financière étant que la différence entre les deux soit la plus élevée possible.

Un peu de mathématiques
Comme nous l'avons appris à l'école, le résultat de la soustraction est fonction de ses deux opérandes (ex 3-2=1). Il augmente lorsque le dimuende augmente (si je remplace le 3 par un 4 mon résultat va être augmenté) et/ou que le diminuteur diminue (si je soustrait 1 au lieu de 2 à 3 j'augmente mon résultat de la même manière que si je remplace mon 3 par un 4)
Il ne nous reste donc plus qu'à augmenter le diminuende ici les revenus et/ou à faire baisser le diminuteur ici les dépenses. Dans ce blog nous verrons donc des méthodes pour évoluer ces deux postes fondamentaux de la liberté financière car, nous aurons l'occasion de le voir ultérieurement en fonction des situations il est plus facile ou plus rentable d'agir sur l'un plutôt que sur l'autre)

Mais alors pourquoi tout le monde n'est pas libre financièrement ?
En effet mathématiquement c'est très simple il suffit d'augmenter ses revenus (travailler plus pour gagner plus par exemple) mais vous connaissez probablement des personnes qui gagnent plus que vous mais dont le compte bancaire est quasi en permanence dans le rouge. Certes je ne vais pas vous mentir la liberté est plus facilement atteignable avec de gros revenus qu'avec peu de revenus. Mais le poste dépense est souvent négligé parce qu'on a toujours tendance à penser qu'on ne fait pas d'excès. Et pourtant nous en faisons tous et je vais même dire heureusement car à quoi bon vivre si on ne peut pas se faire plaisir ? En revanche il faut le faire à bon escient et en parfaite connaissance de cause. La première étape vers la liberté et cela est paradoxal c'est de s'imposer une certaine discipline en gérant très régulièrement son budget.

Faut-il se priver pour respecter son budget ?
Certains préféreront faire de beaux voyages plutôt qu'investir dans l'immobilier et je ne leur jetterai pas la pierre ! Tout dans la vie n'est que choix et la liberté financière ne dérogera pas à cette règle. A vous donc d'effectuer les choix en fonction de votre personnalité : la liberté n'est elle pas de faire ses propres choix ? La différence par rapport au prisonnier financier c'est que vos choix auront été budgétisés et mûrement réfléchis.

En route vers la liberté.
Lorsque vous serez capable de faire correctement votre budget -il vous faudra peut être un petit temps avant d'y parvenir-, il vous sera relativement aisé d'obtenir la capacité d'épargne que vous vous serez fixé en jouant sur chacun des postes en fonction de la priorisation que vous leur aurez attribué. Par exemple si vous allez souvent au cinéma sans pour autant opter pour les sorties de la semaine, il vous sera possible de remplacer cette dépense par un abonnement au vidéo-club du coin ou à un système de vidéo à la demande (surtout qu'au prix de la place de ciné il faut ajouter le carburant consommé pour vous y rendre, le coût du parcmètre, celui du gros bol de pop-corn …)
Ce n'est bien sûr qu'un exemple, il n'a pas vocation à être suivi sans autre forme de procès, ce qui compte c'est de prioriser vos envies et de chercher coûte que coûte à réduire le coût des plus mal classées (tout simplement parce qu'il vous sera psychologiquement plus facile d'oeuvrer sur le coût de vos envies les moins fortes que sur les autres !)
J'ai parlé d'envies mais un travail analogue doit être effectué sur vos besoins. Le chauffage est sans doute un élément indispensable là où vous habitez et bien sûr il n'est pas question de vous faire mourir de froid mais si vous êtes en chemisette en plein hiver avec le chauffage à fond, il est sans doute possible de baisser le thermostat de quelques degrés au prix de devoir enfiler un pull (finalement il n'est pas si moche que cela et vous n'aurez plus besoin de vous épiler les bras encore une économie induite par un changement de comportement)

Et vous, pensez-vous bien à faire évoluer ces deux postes que sont les revenus et les dépenses ou ne vous occupez-vous que d'un seul des deux ? Dites-moi tout dans les commentaires.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Pierre 28/11/2016 13:28

Hello,

Article très intéressant, merci !
C'est clair qu'il faut ouvrir ses yeux sur les recettes mais aussi sur les dépenses.
On peut très bien être chirurgien et fauché si on fait des réceptions à longueur de semaine, que l'on s'achète toujours le dernier 4*4...
Dans cette situation, un smicard peut tout à fait arriver à la retraite avec un pactole en banque plus gros que celui du chirurgien :)

Tout cela semble évident, mais ne l'est malheureusement pas pour plein de gens.
Vous avez raison d'insister dessus !

De votre côté quel est votre pilier d'enrichissement privilégié ?

A très bientôt
Pierre

Orduna 02/03/2015 23:22

Très bon article qui traite de la base la plus évidente des finances personnelles et qui est pourtant très souvent mise de côté.
Pour répondre à ta question en fin d'article, je prends soin à faire le moins de dépenses possible et à les optimiser. Cependant je m'accorde quand même quelques plaisir comme le fait de dépenser 20€ par mois à euromillions (l'espoir fait vivre). Je garde également 30% de mes revenus dans un compte dissocié du compte courant. Il me sert à investir dans des formations, etc à fin de générer des revenus passifs.

Ce que je me demande c'est lorsque l'on a pas était éduqué financièrement et que l'on a passé une bonne partie de sa vie à vivre au dessus de ses moyens comme beaucoup de personnes qui adorent les crédits à la consommation n'est-il pas trop tard pour accéder à l'indépendance financière ?

Cordialement Matthieu Orduna.